Z, Performance chorale pour jeunesse en mouvement

De Souleymane Diamanka et Fafiole Palassio en collaboration avec Le Petit Théâtre de Pain.

Mise en scène Fafiole Palassio et Hélène Hervé.
Création mai 2020

  • Ils sont 19. 9 filles et 10 garçons entre 14 et 18 ans.
    De milieux et de parcours différents.
    Ils ont saisi leurs divergences de points de vue et leur communauté de pensées.
    Ils ont écouté la réalité de l’autre.
    Ils se sont offert les mots comme moyen de transport.
    Comme moyen de faire corps.
    Parce que l’actualité le souffle.

    Pour cette création partagée pour et par la jeunesse, Souleymane Diamanka et Le Petit Théâtre de Pain ont écrit, à partir du collectage de leurs paroles, une partition parlée/rythmée, chorale et physique, comme un élan, un unisson. Comme on viendrait porter dans la rue un chant commun, un cri salutaire, un coup de gueule qui ait du flow, le poème fleuve et vivifiant d’une génération au bout du bout de l’alphabet. La génération « Z ».

     

  • Ce manifeste poétique de la jeunesse, porté par une vingtaine de collégiens et lycéens dans l’espace public, devait voir le jour au Mai du Théâtre d’Hendaye et poursuivre sa route jusqu’à l’été, au programme de plusieurs festivals de notre territoire. Le confinement a surgi en pleines répétitions et les représentations ont été annulées, fauchant en plein vol les perspectives de cette formidable aventure humaine et artistique.

    Battre le fer tant qu’il est chaud, voilà ce que nous nous sommes immédiatement formulé. Ne pas baisser les bras après ces semaines passées ensemble en immersion avec les jeunes dans leurs établissements. Chercher autre chose. Ainsi, avons-nous poursuivi les répétitions de notre poème fleuve, issu du collectage de leurs paroles, via les salles de conférences virtuelles. La motivation des jeunes acteurs et celle de leurs parents furent un cadeau et une stimulation peu commune.

    ” Rien ne se perd tout se transforme ” dit le proverbe scientifique.
    Ainsi le projet mute et devient désormais un court métrage reprenant des éléments du spectacle initialement prévu. Le tournage avec les jeunes a eu lieu fin juin à Louhossoa et vous pourrez découvrir cette vidéo à l’automne dans un DVD accompagné d’un livret retraçant la rencontre et le cheminement passionnant et rocambolesque de ce projet jusqu’à son aboutissement.

    # 17/05 HENDAYE (64), Festival Mai du Théâtre, ville d’Hendaye – Annulé

    # 05/06 ST JEAN DE LUZ (64), Cité scolaire Chantaco – Annulé

    # 06/06 ESPELETTE (64), Festival Jokoz Kanpo, Pinpulka – Annulé

    # 12/06 St JEAN PIED DE PORT, Collège La Citadelle – Annulé

    # 13/06 St JEAN LE VIEUX, Ttutt ! clôture de saison Hameka – CAPB – Annulé

  • À la fois soucieux d’être en prise directe avec notre matière d’étude et fortement attachés à notre territoire, nous avons aujourd’hui la volonté d’inscrire une création partagée avec, pour et par la jeunesse chez nous, au Pays Basque, entre février 2019 et mai 2020.

    Ce spectacle porté par une vingtaine de jeunes sera créé au festival Mai du Théâtre d’Hendaye et diffusé en mai et juin 2020 sur plusieurs festivals professionnels ainsi que dans les établissements scolaires partenaires.

    Convoquer des jeunes de différents horizons, mettre en lien ces jeunes en questionnant leurs identités, leurs communautés de pensées et leurs différences de points de vue sur le monde, selon qu’ils vivent en milieu rural, sur la côte ou en milieu urbain, c’est irriguer un territoire et apporter notre petite pierre à l’édifice du vivre ensemble.

    Le but n’étant pas de brosser le portrait de cette jeunesse mais plutôt d’être à l’écoute de ce qu’il est nécessaire que nous, adultes, parents, profs, éducateurs, élus, entendions d’eux.

     

    À travers des résidences d’immersion dans quatre établissements scolaires partenaires, à l’aide de divers jeux et outils d’enquête, nous nous sommes donné comme objectif de collecter un maximum de paroles d’élèves.

     

     

    Nous voulions comprendre ce que c’est qu’être adolescent aujourd’hui. Ce que c’est que de grandir dans notre société.

    Nous souhaitions par ce “carottage de terrain” obtenir un indicateur de ressentis, d’humeurs, d’attentes et de besoins de ce petit échantillon de population. Nous arrivions avec nos pré-supposés d’adultes. À savoir que ces adolescents auraient (bien à raison) des griefs à nous adresser sur le monde dans lequel ils grandissent.
    Or, si une poignée d’entre-eux n’a effectivement pas manqué de nous remettre face à nos responsabilités, d’autres restent plutôt optimistes et confiants. Certains en revanche, assez nombreux, n’ont su quoi répondre aux notions de “rêves”, d’“utopies”, d’ “idéaux”.
    Rattrapés par un principe de réalité et par la prégnance du délitement social, économique et écologique ambiant, sans doute. Ne sachant pas toujours comment se sentir exister.

     

  • C’est quoi ton rêve le plus fou ?

    Lors d’entretiens confidentiels, à la question C’est quoi ton rêve le plus fou ? ceux-là se sont limités à des souhaits raisonnables, pondérés, plausibles, timides. Comme si nous étions à une époque où s’autoriser à rêver “en grand” ouvrait immédiatement la porte à la désillusion.

    La question de leur capacité à rêver sans auto-censure et à se projeter, est au centre.
    Notre capacité à mobiliser la notion de “rêve” en eux, le temps d’une réalisation théâtrale, un pari.

    Nous avons eu le temps de partager leurs goûts musicaux, d’écouter les poètes qui les portent, loin des autoroutes commerciales : slameurs rappeurs,
    artistes-chanteurs dont les mots ont du sens. Dont la poésie fait du bien. Ils nous ont donné l’envie de les écouter, et nous ont inspiré
    l’idée de collaborer avec l’un d’entre eux.

     

    Écriture et flow

    À partir du collectage de leurs paroles, nous avons donc proposé à Souleymane Diamanka d’écrire le texte de ce spectacle.

    Ce texte mettra en jeu une vingtaine d’adolescents, dans l’espace public, pour une partition parlée-chantée, chorale et physique, comme un élan, un unisson.

    Comme on viendrait porter dans la rue, un chant commun, un cri salutaire, un coup de gueule qui ait du flow, un poème fleuve qui pourrait être “le monde vécu de mes 15 ans”.

    Quelque chose entre un cri de guerre et une déclaration d’amour. Quelque chose que l’on espère vivifiant et contagieux.

    Nous sommes persuadés que la rencontre créera la stimulation. Persuadés qu’inviter un auteur-chanteur reconnu à leur création est en soi un bout de rêve qui se réalise. Persuadés qu’en acceptant de jouer le jeu avec eux et de transcender leurs mots par sa plume donnera confiance en ce qu’ils sont, et valeur à ce qu’ils livrent. Leur donnera un exemple d’utopie concrète.

     

  • Résidences de collectage

    Février 2019 – novembre 2019
    3 semaines d’immersion dans 2 villes et 4 établissements
    St Jean de Luz : Collège Chantaco et Lycée Ramiro Arrue
    St Jean Pied de Port : Collège La Citadelle et Lycée de Navarre.
    2 classes de 4ème générale et 1 classe de 4ème SEGPA
    1 classe de 2nde pro et 1 classe de 2nde générale.

    Ateliers d’écriture

    L’atelier d’écriture avec Souleymane Diamanka avait pour objectif d’initier les élèves à l’écriture de la poésie et du slam. Les jeunes ont été amenés à écrire seul et en groupe. La forme poétique s’est révélée comme un masque. Masque qui permet de tenir à distance l’expression brute de leurs intimités, tout en transcendant les émotions convoquées.
    Une manière délicate de s’avancer dans le récit de soi, sous l’abri des figures stylistiques proposées, de venir livrer toute sa singularité, sans se sentir nu devant un auditoire.

     

    Ateliers voix / choeur

    Maialen Errotabehere a animé un atelier voix. Les objectifs de son atelier étaient de :
    • donner des appuis techniques aux élèves
    • de travailler plus largement sur les arrangements vocaux et rythmiques d’une partition parlée.

    Ateliers théâtre

    Les ateliers ont été menés par les comédiens du Petit Théâtre de Pain avec pour objectif de favoriser le débat à l’aide de plusieurs exercices :
    • Jeux d’espace qui permettent au participant de se raconter.
    • Scènes d’accroche jouées par les acteurs et exploration de ces scènes par plusieurs outils. Les élèves rejouent la scène en réinterprétant ce qui semble « heurter » leur point de vue.
    • Réflexions en petits ateliers pour confronter son opinion à celle de l’autre sur l’enjeu de la scène.
    • Débat en étoile pour arriver à mettre en perspective les différentes visions, les contradictions humaines des situations présentées, pour rester à l’écoute malgré les différends, comprendre ensemble ce qui fait valeur commune et ce qui crée la singularité. Se forger un avis, l’argumenter et le défendre.

    Collectage

    Au-delà des temps d’ateliers banalisés, les semaines de résidence d’infusion ont été parsemées de dispositifs suffisamment ludiques, attractifs et confidentiels afin de collecter leurs paroles, leurs humeurs, leurs émotions, réflexions et pensées. Il était entendu que nous n’attendions pas de bonnes réponses, sinon leur plus libre expression sur les sujets, accroches artistiques ou thématiques proposées. Que nous attendions aussi qu’ils nous aiguillent sur les questions de fond, de sens, qu’ils aimeraient qu’on leur pose et qu’on ne leur pose jamais.

     

    Répétitions

    De février à mai 2020, 15 jours de répétitions du spectacle.
    Créer un groupe d’interprètes volontaires et engagés par établissement, issus des différentes classes concernées. Ces acteurs deviennent alors porteurs de l’écriture commune, en lien avec la matière collectée.

    En trame de fond, il y a l’envie d’expérimenter la rencontre de toute cette jeunesse, la puissance d’un choeur dans l’espace public.
    Espace en tant que lieu, espace sonore aussi.
    Afin de trouver la pulsation commune au texte porté, au sens, au corps, deux intervenants sur l’espace et le mouvement chorégraphique, Philippe Ducou et Guillaume Méziat, ainsi qu’une cheffe de choeur Maialen Errotabehere prennent part à la création.

    Les élèves ont des cessions spécifiques de travail sur l’état de corps individuel et la spatialisation de groupe, mais aussi sur la mise en bouche d’un texte, d’un flot.

    Chaque intervenant ayant pour objectif de leur transmettre des clefs techniques mais aussi des outils ludiques d’improvisation sur le mouvement, le rythme et le parlé/chanté ensemble.

     

  • Acteurs : Thomas Anxolabehere, Antoine Belle, Laurent Berna, Lauréa Berrieix, Ecaterina Berzoi, Alicia Delecluse, Julien De Lima, Mayline Hajduk, Lalo Kaiser-Chassard, Tristan Laffont Saint Jean, Manon Lalanne-Hervé, Yanis Larramendy, Amaia Lerdou, Madison Mellet, Suzie Mure D’Alexis, Marco Neto-Ribeiro, Ylies Souhail, Alban Tregoat, Charline Valette.

    Auteurs : Souleymane Diamanka, Fafiole Palassio

    Collectages, ateliers et mise en lien : Cathy Coffignal, Eric Destout, Hélène Hervé, Guillaume Méziat, Fafiole Palassio, Tof Sanchez, Agnès Yobregat

    Mise en scène : Fafiole Palassio, Hélène Hervé

    Cheffe de choeur vocal : Maialen Errotabehere

    Mise en mouvement : Philippe Ducou, Guillaume Méziat

    Régie technique : Josep Duhau

    Création bande-son : Guillaume Méziat, Fafiole Palassio en collaboration avec l’équipe d’acteurs

    Logistique, communication : Katti Biscay, Hélène Hervé, Guillaume Méziat

    Production, administration : Katti Biscay, Elorri Etcheverry, Elise Robert Loudette

    Remerciements : BTS audiovisuel Bayonne-Biarritz ; collège Chantaco et lycée des métiers Côte Basque Ramiro Arrue, Saint-Jean-de-Luz ; collège La Citadelle et lycée de Navarre Saint-Jean-Pied-de-Port ; la section Bac Pro Technicien Menuiserie Agencement du lycée de Navarre Saint-Jean-Pied-de-Port ; Visant.

     

     

  • Spectacle créé avec le soutien de :

    La Communauté d’Agglomération Pays Basque dans le cadre des programmes Kultura Bidean – Art, enfance, jeunesse et Fabrique Artistique Hameka ;
    Le Conseil Départemental des Pyrénées-Atlantiques, Appel à Projet Innovation Sociale,
    Le Rectorat – Délégation Académique aux Arts et à la Culture (DAAC), résidences d’artistes en milieu scolaire,
    La DRAC Nouvelle-Aquitaine – éducation artistique et culturelle,
    La Région Nouvclle-Aquitaine, Actions Éducatives Nouvelle-Aquitane, Résidences d’artistes (en cours).

    Le Petit Théâtre de Pain est conventionné par la DRAC Nouvelle Aquitaine, la Région Nouvelle Aquitaine, le Département Pyrénées-Atlantiques, la Communauté d’Agglomération Pays Basque et accompagné par l’OARA.
    Le Petit Théâtre de Pain est artiste associé en résidence permanente à Hameka – Fabrique des Arts de la Rue et du théâtre en basque (64) et artiste associé au Théâtre de Gascogne – Mont de Marsan, Scène conventionnée d’Intérêt National (40).

     

©g.meziat 0601
©g.meziat 0660
©g.meziat 0597
©g.meziat 0620
©g.meziat 0628
©g.meziat 0639
©g.meziat 0641
©g.meziat 0660
©g.meziat 0292

Crédits photos : Guillaume Méziat