La lettre du PTDP

Mai 2021

« Si vous avez du pain, et si moi j’ai un euro, et si je vous achète le pain : j’aurai le pain et vous aurez l’euro. Vous voyez dans cet échange un équilibre. […] Mais, si vous avez un sonnet de Verlaine, ou le théorème de Pythagore, et que moi je n’ai rien, et si vous me les
enseignez, à la fin de cet échange-là, j’aurai le sonnet et le théorème, et vous, vous les aurez gardés. Dans le premier cas, il y a un équilibre, c’est la marchandise, (encore que – si l’on veut parler d’”équilibre”, tout dépend de la marchandise, du type de commerce et du commerçant) dans le second cas il y a accroissement : c’est la culture. »

Michel SERRES, philosophe

[Question de paradigme. Tout est là.]

Cher public

Cher public

Alors que l’état d’exception que nous vivons, voit s’engraisser les magnats d’Amazon ou de Netflix avec des salaires dépassant indécemment celui de l’employé médian et que nos gouvernants laissent ces mêmes firmes pratiquer habilement le contournement fiscal. Dans ce même temps, s’abat une révision de l’assurance chômage, pour tous les contrats courts, qui, si elle était appliquée, saignerait ledit employé dès la fin de son contrat de -20 à -30% de ses allocations. Sachant que 87 % des contrats signés chaque année sont des contrats courts imaginez l’ampleur de l’hémorragie !

Ceux, dont la crise sanitaire avait déjà mis un genou à terre, se voient donc donner l’estocade à grands coups de réforme. Histoire d’ajouter de la sidération à la sidération.

Depuis plusieurs mois, vous entendez les professionnels du spectacle chanter et lancer des appels à travers l’hexagone. Certains théâtres occupés – dont Le Théâtre Michel Portal à Bayonne où nous avons rejoint le mouvement national- sont devenus des tribunes, tentant de rallier les sacrifiés de ce contexte absurde.

Pour ne pas se faire oublier. Pour responsabiliser les élus, et que remontent les revendications. Pour défendre le statut de ces travailleurs précaires et des sans-emplois et ramener la culture dans toutes ses dimensions. Faire acte de civisme et de solidarité.

Mais ne nous trompons pas : « Chanter et danser encore » n’est pas notre planche de salut, loin s’en faut. D’abord il y a manger. D’abord il y a vivre. C’est pourquoi il est exigé que soit retirée cette réforme de l’assurance chômage, que soient maintenus les droits pour tous les précaires, que la ré-ouverture des lieux culturels et la reprise de l’activité soient accompagnées de mesures de financement suffisantes et que soit tout aussi spécifiquement prise en compte la situation des jeunes, des étudiants ou des entrants dans le monde du travail.

Par ailleurs, dans la continuité de l’accroissement, au sens où l’entend Michel Serres, nous poursuivons nos répétitions. Amputés de vous par l’arrêt des spectacles, mais pas désoeuvrés, bien au contraire. Bien sûr nous vous espérons, tous, chacune, chacun, nombreux, au plus vite, en vrai, sous le ciel, dans la rue, et dans les salles pour vous partager nos chantiers, nos trouvailles, nos batailles, puisque nos spectacles vivants, ne prennent sens qu’avec vous. Aussi domptant notre impatience, nous prenons le temps de travailler à mieux vous retrouver.

Avec Le Grand Bancal notre nouveau cabaret musico-théâtral, pour une bouffée d’air, une échappée fantaisiste et revigorante. Dès le 04 juin au Festival Jokoz Kanpo à Espelette puis tout l’été où nous sillonnerons le pays et rejoindrons nos compagnons de route et festivals amis. Courrez ! Tous les détails sont dans l’agenda !

Avec MU.e, création en pleine effervescence. Magali Mougel est à la finalisation de l’écriture : nous sommes dedans avec elle, passionnément. Passionnés encore, ravis aussi de la rencontre avec Louis Le Gall, tout jeune acteur de 18 ans que nous accueillons sur la distribution de MU.e. Au plateau également avec nous, des jeunes de notre territoire et d’ailleurs… Mais chuuuuuuut ! On ne vous dévoilera pas tout ! Rendez-vous à l’automne prochain.

Avec la jeunesse en général, à travers d’autres aventures de transmission, d’échanges et de coréalisations enthousiasmantes :

• Une enquête radiophonique en juillet menée par une douzaine d’adolescents Bayonnais qui interrogeront plusieurs générations d’habitants des quartiers dont ils sont originaires. Ce projet est une collaboration avec la Maison de la Vie Citoyenne Bayonne centreville, l’Espace Socio Culturel Municipal et la Scène Nationale du Sud-Aquitain.

• Des Vacances Artistiques à Mérignac, avec 27 enfants auprès de qui nous mènerons des ateliers de musique et de théâtre en lien avec Le Grand Bancal et à l’issue de quoi ils intégreront exceptionnellement la représentation prévue le 14 août lors des Escales d’été.

Pour finir, nous souhaitons saluer toutes les équipes qui bossent sans relâche : autant celles des lieux qui ont dû s’adapter pour pouvoir permettre notre venue en résidence, que celles des festivals qui doivent prévoir des plans A, B ou C, tenir et y croire. Un grand merci à eux.

À très vite. Avec sourire et pugnacité.
Le Petit Théâtre de Pain

→ Retrouvez l’agenda de nos prochaines représentations ICI

Rédaction : Cathy Coffignal et Fafiole Palassio.
Logo PTDP : Lontxo Yriarte – Julie Mugica.
Affiche Le Grand Bancal : Manimal
Crédit photo : François, membre du collectif Occupation Théâtres Pays Basque


Vous pouvez télécharger ci-dessous nos lettres au format pdf

La Lettre janvier 2021
La Lettre Juillet 2020
lettre janvier 2020
lettre septembre 2019
lettre juin 2019
lettre janvier 2019
lettre septembre 2018
lettre juin 2018
lettre janvier 2018